Version PDF

Gastro-entérologie

29 aoû 2010

Les IPP seraient efficaces à distance sur les manifestations atypiques du RGO

Dr Roseline Péluchon
Les manifestations extra-oesophagiennes, dites atypiques, du reflux gastro-oesophagien (RGO) chez l’enfant sont de diagnostic parfois difficile tant les formes cliniques peuvent être nombreuses. Mais une fois le diagnostic posé, une autre difficulté se présente, car le traitement ne fait pas encore l’objet d’un consensus.
  L’intérêt des traitements anti-sécrétoires est en effet parfois remis en cause chez l’enfant, ils font toutefois partie des alternatives thérapeutiques les plus couramment proposées. A ce dossier peuvent désormais s’ajouter les résultats d’une récente étude italienne, qui évaluait l’efficacité à long terme des traitements anti-sécrétoires sur les symptômes atypiques de RGO attesté par impédancemétrie intraluminale et pHmétrie. Au total, 78 enfants présentant des manifestations typiques ou atypiques de reflux ont été recrutés. Les examens complémentaires objectivaient le reflux chez 37 d’entre eux, et parmi ceux-ci 31 présentaient des symptômes qualifiés d’atypiques et ont finalement été inclus dans l’étude. Après randomisation, ces enfants âgés de 1 mois à 13 ans, recevaient, soit un inhibiteur de la pompe à protons (IPP) à la dose de 1,4 mg/kg/jour (n=16), soit un inhibiteur des récepteurs H2 à l’histamine (anti-H2) à la dose de 15 mg/kg/jour. Le traitement était prévu pour 3 mois et une nouvelle impédancemétrie intraluminale et une pHmétrie étaient programmées un an après la fin du traitement. Les résultats indiquent une supériorité des IPP dans la résolution des symptômes par rapport aux anti-H2. En effet, 15 des 16 patients sous IPP étaient complètement soulagés. Parmi les 15 patients sous anti-H2, les symptômes ont été résolus chez 4 patients, le traitement a été prolongé pour 1 patient, et 10 d’entre eux ont reçu en deuxième ligne un IPP qui a permis une rémission complète chez 7 d’entre eux. Les nombreuses publications sur le thème des manifestations extra-digestives du RGO ont certainement aidé les praticiens à évoquer ce diagnostic devant des symptômes aussi divers que l’enrouement, la toux, ou autres manifestations ORL, mais aussi des érosions dentaires, une douleur thoracique ou des apnées du sommeil. Les mesures diététiques de fractionnement et d’épaississement des repas précèdent ou accompagnent toujours  la mise en route d’un traitement médicamenteux. Ses modalités précises restent toujours à définir.

Attention, pour des raisons réglementaires ce site est réservé aux professionnels de santé.

pour voir la suite, inscrivez-vous gratuitement.

Si vous êtes déjà inscrit,
connectez vous :

Si vous n'êtes pas encore inscrit au site,
inscrivez-vous gratuitement :

Articles sur le même thème

  •  
  • 1 sur 12
  • >
publicité
publicité