Version PDF

Nutrition

20 nov 2018

Traiter et prévenir l’obésité, jusqu’à quel point ?

Nicolas SAHUC, Nîmes et Montpellier

L’incidence croissante de l’obésité a nécessité la mise en place d’un Programme national nutrition santé (PNNS), avec comme objectif la diminution de sa prévalence et de celle du surpoids chez les enfants et les adolescents. Cet objectif vient confondre deux notions que sont le « corps » et le « poids ». Si un indice de masse corporelle (IMC) normal est associé à moins de problèmes de santé, il ne permet pas de définir un comportement alimentaire pathologique ou non.

Pour réduire le poids, les recommandations de santé actuelles du PNNS ont deux volets d’actions : l’alimentation et la pratique sportive. Ces deux actions peuvent contribuer à la réduction du poids avec une contrepartie pouvant créer un comportement alimentaire moins serein, voire obsessionnel altérant la qualité de vie de l’individu. Les conseils alimentaires oublient les effets de l’alimentation sur le fonctionnement du corps créant ainsi des contradictions sur la façon de se nourrir. Par exemple : conseiller de manger à heures fixes alors qu’à ce moment-là la faim est absente, tout comme demander d’attendre de manger car ce n’est pas l’heure alors que la faim est présente.   Cette approche mécanique du poids propose un modèle de rapport de forces (entre les entrées et les sorties) pour obtenir amaigrissement, avec un avantage aux sorties et une limitation des entrées, mais les sensations alimentaires étroitement liées au processus de la digestion ne sont plus prises en compte. Les heures pour manger sont fixes et toutes prises alimentaires en dehors de ces dernières sont qualifiées de « grignotage ». On conseille de «manger équilibré » sans savoir si cet équilibre alimentaire dé passe le rassasiement. Or « grignoter » quand on a faim, cela s’appelle « manger », alors que finir son repas pour obtenir « l’équilibre alimentaire » car il faut manger équilibré sans avoir faim, s’appelle de « l’excès » !   Ne pas réduire le corps au poids C’est un classique de la médecine qui tend à réifier le corps, ici en créant une unité entre corps/poids. Le corps est substitué par une valeur poids, machine désensibilisée, évaluée sur la balance, générant un lien « alimentation poids/image du corps (IC) ». Ceci provoque un défaut d’éthique de soin et une souffrance psychologique chez le patient, réduit à son obésité. Nous ne nourrissons plus un corps mais nous luttons contre un excédent de poids. L’attitude moralisatrice de l’entourage comme le paternalisme médical créent un sentiment de culpabilité après chaque prise alimentaire. Cette relation « alimentation poids/IC » est une relation qui est présente chez les patients touchés par un trouble du comportement alimentaire (TCA : anorexie ou boulimie). La quantité de poids excédentaire est rarement problématique chez ces patients puisqu’ils sont déjà dans un état « préoccupé » au regard du poids comme de l’IMC. Pourtant, ils partagent avec les patients dans un état « occupé » par le poids, un rapport problématique entre « l’alimentation-poids/IC ». La pesée quotidienne ou hebdomadaire, à la maison ou en consultation, le regard porté sur l’image du corps entretiennent la réduction des prises alimentaires ou les rendent plus saines afin de maigrir ou éviter de devenir obèse. Depuis de nombreuses années, des voix nous rappellent l’impact de l’environnement sur l’apparition de l’obésité nécessitant une campagne de prévention. L’enquête Esteban(1) montre une stagnation concernant les courbes du surpoids et de l’obésité chez les enfants, ainsi qu’une augmentation de la maigreur chez les jeunes filles. Selon les études internationales(2), la prévalence vie entière de la boulimie selon les critères du DSM-IV est de 1 à 3 % chez les femmes et de 0,1 et 0,5 % chez les hommes. En France, actuellement, 1,5 % de la population (des 11-20 ans)(3) est touchée par la problématique boulimique et les crises de boulimie concerneraient 28 % des adolescentes, les stratégies de contrôle du poids 19 % d’entre elles(4). Même stagnante, la prévalence du surpoids (dont obésité) touche 17 % des 6-17 ans, dont 4 % d’obèses. Au vue des études, la prévention du PNNS focalisée sur la problématique du surpoids et de l’obésité pose question. Cette focalisation sur l’obésité avec l’exclusion des TCA interroge sur cette « victoire » concernant les résultats de l’étude Esteban. Dans ce contexte, combien de patients TCA ne sont pas dépistés pendant les consultations, si l’axe de soin est basé sur le poids ? Si l’environnement est « obésitogène » obligeant à un soin spécifique pour les personnes en surpoids ou en obésité, sa prévention crée un contexte « régimotogène », induisant une nouvelle « norme alimentaire régimophile » focalisée sur l’alimentation et le poids. Les dangers d’une nouvelle « norme alimentaire » ? Actuellement, 19 % de la population française se trouve en difficultés dans son rapport « alimentation poids/IC » sans forcément avoir un excédent de poids, on parle de « restriction cognitive ». Elle définit une attitude qui vise à « maîtriser son alimentation dans le but de perdre ou ne pas prendre du poids ». Non considérée comme un TCA, cette attitude est fréquemment observée chez les personnes en TCA quelle que soit leur IMC, déplaçant ainsi la question sur la sérénité de notre rapport à l’alimentation. L’utilisation du questionnaire SCOFF (encadré) permettrait de dépister des TCA au regard de la population dont le poids est stagnant. Mais à ce jour, les études comme Esteban restent focalisées sur l’impact sur le poids, sans analyse du comportement alimentaire.   Si les résultats du PNNS constituent une victoire au regard de la stagnation des courbes de poids, c’est une victoire en « demi-teinte ». Elle pourrait se transformer en goût amer si les études confirment une croissance des TCA car déjà l’étude Esteban montre une augmentation de la maigreur chez les jeunes filles. Le prochain fléau après l’obésité pourrait être celui des TCA après 16 ans de prévention de l’obésité.

Attention, pour des raisons réglementaires ce site est réservé aux professionnels de santé.

pour voir la suite, inscrivez-vous gratuitement.

Si vous êtes déjà inscrit,
connectez vous :

Si vous n'êtes pas encore inscrit au site,
inscrivez-vous gratuitement :

Articles sur le même thème

  •  
  • 1 sur 10
  • >
publicité
publicité