Version PDF

ORL et Stomatologie

15 déc 2010

Les implants cochléaires : des progrès notables

Dr Emmanuel Cuzin
Les bénéfices des implants cochléaires sur le plan audiologique sont en constante évolution. Après la décision de la HAS d’élargir les indications des implants aux adultes jeunes sourds congénitaux entrés dans une communication orale, quel en est le résultat ?
 L’analyse des résultats de l’implantation, chez 17 patients âgés sourds congénitaux pré ou périlinguaux de 23 ans en moyenne ayant bénéficié d’un implant depuis au moins un an associé à une éducation oraliste, montre que l’implant cochléaire permet une intelligibilité en audiovision de 80 %. L’implant est porté en moyenne 12 heures par jour, 77 % des patients en sont satisfaits et 23 % très satisfaits. 88 % le recommanderaient à un ami. La qualité de vie s’améliore grâce à l’implant, et cette dernière passe en 30 mois de 56  à 64 %. Trois domaines s’améliorent particulièrement : la perception des sons de base et des sons élaborés, et la qualité de la parole produite. (1) Chez les adultes devenus sourds, la satisfaction globale des patients est de 88 % (2). La compréhension de la parole dans les situations difficiles au quotidien s’améliore. Les premiers résultats d’une étude multicentrique évaluant l’algorithme ClearVoice créé par Advanced Bionics semblent ainsi très encourageants. 40 % des adultes implantés cochléaires (n = 22) préfèrent ce programme à ceux précédemment utilisés : la compréhension et la parole dans le bruit est améliorée (3). L’aide auditive controlatérale à l’implant améliore l’audition tant sur le plan quantitatif que sur le plan qualitatif. Pour plus de 80 % des patients (n =11 adultes, âge moyen 60 ans, implantés depuis au moins deux ans) l’utilisation de l’aide auditive controlatérale à l’implant cochléaire est associée à une meilleure compréhension globale dans le calme et le bruit, et une meilleur localisation spatiale (4). Par ailleurs, pour les situations otologiques où une implantation cochléaire est impossible (ossification cochléaire, risque élevé de fuite de LCR) et, au cours de la neurofibromatose de type 2 (NF 2), l’implantation auditive du tronc cérébral peut être proposée (5).

Attention, pour des raisons réglementaires ce site est réservé aux professionnels de santé.

pour voir la suite, inscrivez-vous gratuitement.

Si vous êtes déjà inscrit,
connectez vous :

Si vous n'êtes pas encore inscrit au site,
inscrivez-vous gratuitement :

Articles sur le même thème

  •  
  • 1 sur 19
  • >
publicité
publicité