Version PDF

Congrès

30 jan 2006

10e congrès de pneumologie de langue française. Dépistage des enfants au contact de tuberculeux : des progrès restent à faire !

Dr Odile Biechler
CPLF - Nice, le 31 janvier 2006. Le dépistage des sujets au contact de patients chez lesquels une tuberculose pulmonaire a été découverte repose sur de nombreux intervenants : services hospitaliers, centres de dépistage, PMI, médecins scolaires et médecins traitants. Ceci peut expliquer les failles du système de dépistage tout particulièrement mises en exergue dans ces deux études présentées lors du 10e congrès de pneumologie française.
La première étude (1), rétrospective, s'est penchée que la prise en charge des enfants au contact de 41 patients atteints de tuberculose multirésistante. Elle montre que seulement 32 patients étaient connus des centres de dépistage et que la multirésistance était ignorée dans 7 cas. Sur les 89 enfants au contact des 25 cas index multirésistants connus : 16 n'ont pas eu de dépistage et 21 ont été exposés à l'école sans être infectés. Et, parmi les 52 enfants exposés à leur domicile, 28 % étaient infectés : 20 % d'infection latente et 8 % de tuberculose-maladie. Les trois quarts des enfants avec infection latente ont été traités par INH et Rifampycine, sans adaptation à la multirésistance dans près de 2 cas sur 3. Enfin, 45 % des enfants non infectés au premier bilan n'ont pas été surveillés par la suite. Le caractère systématique que doit avoir le dépistage des sujets contact apparaît dans cette deuxième étude (2), au cours de laquelle 196 sujets ont été retrouvés après contact avec 47 cas index présentant une tuberculose pulmonaire à culture positive mais avec un examen direct négatif pour 16 d'entre eux. Une infection a été mise en évidence chez 36 % des sujets contact : tuberculose latente (33 %) ou tuberculose maladie (3 %), mais la négativité de l'examen direct n'entraînait qu'une diminution faible et non significative du risque d'infection, y compris chez les 91 sujets contact de moins de 18 ans. En revanche le délai moyen de prise en charge de l'entourage était plus long en cas d'examen direct négatif chez le cas index (54 jours contre 31). Ces deux travaux mettent en évidence les difficultés du dépistage des sujets contact après la découverte d'un cas de tuberculose pulmonaire. Problème de circulation de l'information et sous-évaluation du risque sont toujours d'actualité.

Attention, pour des raisons réglementaires ce site est réservé aux professionnels de santé.

pour voir la suite, inscrivez-vous gratuitement.

Si vous êtes déjà inscrit,
connectez vous :

Si vous n'êtes pas encore inscrit au site,
inscrivez-vous gratuitement :

publicité
publicité