Version PDF

Syndrome néphrotique idiopathique : la corticothérapie à plus long cours n'apporte pas de bénéfice clinique

Webb NJA et coll. BMJ 2019 ; 365 : l1800.

Un essai randomisé de phase III a eu pour objectif de déterminer si l’allongement de la durée de la corticothérapie, de 8 à 16 semaines, réduisait le risque de rechute du syndrome néphrotique idiopathique. Au total, 237 enfants ont été randomisés pour recevoir une corticothérapie par prednisolone...

Attention, pour des raisons réglementaires ce site est réservé aux professionnels de santé.

pour voir la suite, inscrivez-vous gratuitement.

Si vous êtes déjà inscrit,
connectez vous :

Si vous n'êtes pas encore inscrit au site,
inscrivez-vous gratuitement :

05 juil 2019