Version PDF

Editorial

Publié le 09 fév 2022Lecture 3 min

Aide à la parentalité : s’appuyer ici sur ce qui marche ailleurs !

Bertrand CHEVALLIER, Boulogne-Billancourt
Aide à la parentalité : s’appuyer ici sur ce qui marche ailleurs !

-

« Les enfants commencent par aimer leurs parents ; devenus plus grands, ils les jugent, quelquefois, ils leur pardonnent » Oscar Wilde (1854-1900) La Haute Autorité de santé rappelle régulièrement l’opportunité de soutenir la fonction parentale par des dispositifs d’action publique. Les modalités de mises en œuvre depuis quinze ans sont variables, nombreuses, mais rarement évaluées dans notre pays. Un programme de soutien à la parentalité et au développement des compétences psychosociales de l’enfant, conçu aux États-Unis, a été reconnu « probant » Outre-Atlantique et dans la littérature internationale. Depuis quelques années, il est adapté puis mis en œuvre en France sur 32 sites, dans huit régions. Le programme de soutien aux familles et à la parentalité (PSFP) est l’adaptation française du Strengthening Family Program (SFP), de l’américaine K. Kumpfer. Le PSFP est un programme psycho-éducatif de renforcement des compétences familiales, répertorié comme « interventions probantes » dans les revues scientifiques. Les évaluations ont démontré que le PSFP améliore les compétences parentales : efficacité et confiance en soi, supervision et investissement ; les compétences psycho-sociales des enfants : communication, gestion des émotions, résistance à la pression des pairs ; le climat et les liens familiaux. À long terme, il réduit l’initiation aux produits psychoactifs et leur consommation. Le PSFP est mis en œuvre depuis 2011 dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville et s’adresse aux familles en grande difficulté éducative. Le programme s’appuie sur les concepts de résilience, d’auto-efficacité, d’apprentissage social et de communication non violente. Il développe l’attention positive et la communication, explore le champ des émotions et pose les bases d’une discipline ferme et bienveillante. L’efficacité du PSFP a été évaluée entre 2015 et 2017 auprès de 308 familles dans 19 villes, avec des mesures répétées avant l’intervention, un mois après et six mois après, dans deux groupes : l’un ayant bénéficié du programme de 14 sessions en présentiel, l’autre d’un livret de conseils parentaux à utiliser en autonomie. Sans pouvoir citer ici les résultats complets, deux indicateurs concernent le processus : le taux d’assiduité des familles atteint 73 % et leur niveau de satisfaction 97 %. Parmi les résultats en termes d’efficacité, le programme induit : 1) une baisse de l’hyperactivité et des troubles du comportement chez les enfants ; 2) une amélioration de l’engagement parental, du bien-être des enfants et de la santé mentale des parents. Ces résultats sont observés un mois après l’intervention. À six mois, les effets bénéfiques sont maintenus, concernant la baisse des troubles du comportement et l’amélioration du bien-être de l’enfant. Le suivi des implantations de PSFP pour les 6-11 ans garantira la qualité du dispositif sur l’ensemble du territoire. L’intérêt de s’appuyer sur les données probantes ici ou ailleurs en intégrant les connaissances scientifiques et expérientielles des professionnels et des usagers dans le champ de la prévention et de la promotion de la santé fait maintenant consensus.

Attention, pour des raisons réglementaires ce site est réservé aux professionnels de santé.

pour voir la suite, inscrivez-vous gratuitement.

Si vous êtes déjà inscrit,
connectez vous :

Si vous n'êtes pas encore inscrit au site,
inscrivez-vous gratuitement :

publicité
publicité