publicité
Facebook Facebook Facebook Partager

Infectiologie

Publié le 20 mai 2007Lecture 3 min

Mobilisation autour du Rotavirus

Dr Jack Breuil
ESPID – Porto. Le Rotavirus a fait l’objet de nombreuses communications. En particulier, plusieurs études européennes se sont penchées sur les coûts liés à l’infection par ce micro-organisme. Menés par A. Afonso et coll., les Portugais ont proposé leur première évaluation des coûts sociaux liés à l’infection, soulignant les pertes de journées de travail induites (7 pour la mère et 0 pour le père) et des dépenses inhérentes, d’un peu moins de 150 €.
Les Allemands, quant à eux, remarquaient que 90 % des parents se sentaient "concernés" ou "très concernés" et que 88 % se déclaraient favorables à la vaccination. G. Gabutti, pour les Italiens, aboutissait aux conclusions que chaque gastro-entérite à RV hospitalisée coûtait entre 1293,83 et 2263,79 € à la communauté. Enfin P. Van Damme, plus européen que les autres, évoquait une étude prospective multinationale menée en 2004-2005 (en Belgique, France, Allemagne, Italie, Espagne, Suède et Angleterre) pour citer des coûts variant de 166-273 à 1525-2101 € selon le pays et les modalités de prise en charge. Indétrônable RV ? Pas si vite… Lors de cette même session, C. Karsten et coll. ont présenté une analyse d’incidence et d’étiologie des gastro-entérites aiguës en Allemagne. L’étude, réalisée en 2004 chez 60 670 habitants, comportait la recherche des Campylobacter, Salmonelles, Yersinia, Shigelles, Clostridium difficile, Staphylocoques producteurs d’entérotoxines, Aeromonas, Plesiomonas, Rota-, Adeno-, Noro- et Astrovirus ; autant dire qu’elle était particulièrement contributive. Il apparaît, comme on pouvait s’y attendre, que les étiologies virales dominaient largement, avec 26 % de preuves microbiologiques, et 7 % d’étiologies bactériennes. Cependant, dans le groupe viral, les RV n’apparaissaient qu’en seconde position, épidémiologiquement dominés par les Norovirus (6,26 versus 2,70/105). Un fait à rapprocher d’une alerte américaine récemment émise par les CDC, signalant l’émergence et la dispersion de plus en plus large d’un Norovirus à fort pouvoir pathogène et haute contagiosité, apparu pour la première fois l’hiver dernier. Une affaire à suivre, mais qui pourrait bien elle aussi mobiliser de nombreuses énergies dans les mois à venir… Les RV sont encore aujourd’hui la référence en la matière. Ils ne le seront peut-être plus demain si l’étonnante success-story des Norovirus se confirme. Mais on ne pourra s’empêcher de faire le lien entre une circulation plus confidentielle des RV dans la communauté et la mise à la disposition de tous d’un vaccin efficace et bien toléré quasi unanimement recommandé par les pédiatres européens.

Attention, pour des raisons réglementaires ce site est réservé aux professionnels de santé.

pour voir la suite, inscrivez-vous gratuitement.

Si vous êtes déjà inscrit,
connectez vous :

Si vous n'êtes pas encore inscrit au site,
inscrivez-vous gratuitement :

Version PDF

Articles sur le même thème

  •  
  • 1 sur 18

Vidéo sur le même thème