Version PDF

Cardiologie

19 sep 2019

Certificat de sport : ce qui a changé

Inès CAZAUBIEL, cardiologue et cardiologue du sport, Paris

La loi de modernisation de notre système de santé du 26 janvier 2016 a modifié la délivrance des certificats médicaux en vue de favoriser l’accès au sport (et de baisser l’explosion des demandes à toutes les rentrées scolaires !).

Le point principal de cette réforme est qu’un certificat médical de non-contre-indication à la pratique sportive est exigé pour la première délivrance d’une licence sportive et lors de son renouvellement tous les 3 ans, sauf pour certaines disciplines particulières. Dans l’intervalle des trois ans, le sportif – ou ses représentants légaux – remplit un autoquestionnaire de santé : le QS-sport fourni par sa fédération et également disponible sur internet (figure). Le certificat doit préciser la discipline de manière explicite, ou un ensemble de disciplines connexes. Il doit également préciser s’il s’agit d’une pratique de loisir ou de compétition. Le certificat « loisir », qui ne donne pas le droit à participer aux compétitions, est renouvelé au minimum tous les 3 ans, mais des fédérations sportives peuvent exiger un renouvellement plus fréquent. Exception pour le sport scolaire : il n’est plus nécessaire de présenter un certificat médical pour les cours d’éducation physique et sportive, l’obtention ou le renouvellement d’une licence dans une fédération sportive scolaire. Cette exception ne concerne pas la pratique des disciplines à contraintes particulières. Les disciplines à contraintes particulières dont le renouvellement doit être annuel sont : – l’alpinisme, la plongée subaquatique, la spéléologie ; – les disciplines sportives si elles sont pratiquées en compétition et pouvant aboutir à un KO (boxe anglaise, boxe française, kickboxing, etc.) ; – les disciplines sportives comportant l’utilisation d’armes à feu ou à air comprimé (tir, ball-trap, biathlon) ; – les disciplines sportives aéronautiques pratiquées en compétition comportant l’utilisation de véhicules terrestres à moteur, d’un aéronef ; – le rugby à XV, à XIII et à VII. Ces disciplines nécessitent souvent une attention médicale particulière en plus de l’examen clinique habituel, fixé par arrêté (arrêté du 24 juillet 2017), il ne faut donc pas hésiter à adresser l’enfant à un médecin du sport. Par exemple, pour le rugby, l’examen clinique doit être complété par un électrocardiogramme de repos à partir de l’âge de 12 ans. Autre exemple, pour la boxe, un examen ophtalmologique est nécessaire (risque de décollement de rétine en cas de myopie forte). Le certificat médical engage la responsabilité du praticien. C’est un acte de prévention, non remboursé par la Sécurité sociale, établi normalement lors des examens systématiques de l’enfant. Il doit être réalisé sur la base d’un interrogatoire (antécédent de mort subite, symptômes à l’effort, etc.) et d’un examen physique ciblé (cardio-vasculaire, locomoteur, ORL si sport aquatique par exemple). À noter que l’électrocardiogramme de repos – à partir de 12 ans et avant 35 ans – est particulièrement recommandé tous les 3 ans, quelle que soit la discipline. En cas de contre-indication, le médecin peut rédiger un certificat précisant si elle est temporaire (otite et natation) ou définitive (cardiopathie sévère), partielle ou totale. Un certificat de contre-indication doit être rédigé en cas de pathologie suspectée le temps de réaliser les explorations nécessaires : attention notamment au sport scolaire où l’enfant est apte « par défaut » ! Conclusion Si cette réforme est une excellente initiative afin de favoriser l’accès au sport, il reste nécessaire d’avoir une attention particulière sur les répercussions du sport chez l’enfant et sa croissance, notamment lors de la période sensible de l’adolescence.

Attention, pour des raisons réglementaires ce site est réservé aux professionnels de santé.

pour voir la suite, inscrivez-vous gratuitement.

Si vous êtes déjà inscrit,
connectez vous :

Si vous n'êtes pas encore inscrit au site,
inscrivez-vous gratuitement :

Articles sur le même thème

  •  
  • 1 sur 4
  • >
publicité
publicité